Payne Hicks Beach

Payne Hicks Beach

06 April 2021

A deal’s a deal…or is it? - The key differences between English nuptial agreements and French marital contracts

Emilie Helm, a dual French and English national and Senior Associate in the Family Department at Payne Hicks Beach provides clarity on the differences between English nuptial agreements and French marital contracts and what Anglo-French couples should be doing to protect their assets on marriage.

In England, many couples are now choosing to enter into a prenuptial agreement and consider it an essential part of their marriage planning. Although such agreements are still not legally binding in this jurisdiction, provided they have complied with the criteria set out below, couples should expect to be bound by them.

In France (and continental Europe), which is a civil law rather than a common law country like England, the situation is different. The very act of marriage creates a property regime. Couples must elect a matrimonial property regime to govern their assets and failure to do so will result in the couple having a default regime imposed upon them.

Given the differences in approach to the division of assets on divorce between England and France, it is vital that Anglo-French couples, or those with connections with either country, give careful consideration to the steps they may need to take should they wish to marry in one country but later live in another as, in this jurisdiction, a French marital contract would not be enforceable in the same way that it would on divorce in France.

In this article, I therefore set out the key differences between an English nuptial agreement (be it prenuptial or postnuptial) and a French marital contract, as well as some of the important questions Anglo-French couples should be considering before entering into them.

What is a French marital contract and how does it work?

In France, any couple wishing to marry must elect a matrimonial property regime to govern their assets. If a couple fail to do so, they will have a default regime imposed upon them.

These property regimes provide a structure for the organisation and division of a couple’s assets. They set out how the assets should be treated on a divorce, as well as in circumstances of insolvency or death. The most common regimes can be summarised as follows:

  • Separation de biens – in this regime, pre-acquired assets and liabilities are regarded as separate property. Assets acquired during the marriage are also considered to be separate unless the spouses purchase the asset together. In those circumstances, ownership is proportioned by virtue of their respective contributions.
  • Communauté de biens – in this regime, assets and liabilities acquired before and during the marriage are considered joint.
  • Communauté de biens reduite aux acquets – in this regime assets and liabilities acquired prior to the marriage are considered separate but those assets and liabilities acquired during the marriage are considered joint unless the parties expressly choose otherwise.
  • Participation aux acquets – this is an interesting regime which sits between la separation de biens and communauté de biens. Essentially, the liabilities and assets of the couple remain their separate property on divorce but they share jointly in any increase in value of those assets which has accumulated during the marriage.

What are the differences between the requirements for entering into a French marital contract compared to an English nuptial agreement?

French marital contracts are usually prepared and signed before a notary who acts for both parties. They are often signed in the days leading up to the wedding. The process forms a standard part of the marriage planning and tends to be very informal.

In England, where such contracts are not legally enforceable, the Supreme Court formulated a three part test in the landmark case of Radmacher and Granatino as follows:

“The Court should give effect to a nuptial agreement that is freely entered into by each party with a full appreciation of its implications unless in the circumstances prevailing it would not be fair to hold the parties to their agreement.”

In practice, this means that any couple entering into a prenuptial agreement should adhere to the following guidelines:

  1. Ensure that there is no duress, or unconscionable pressure or significant imbalance in negotiating power;
  2. Ensure that each party has all of the information which is material to his or her decision to sign the agreement. The presence of disclosure and independent legal advice tend to be persuasive that this has been achieved but not necessary;
  3. Ensure the agreement is fair.  There are many different strands to the concept of fairness but, in summary, the agreement must not leave one party in a predicament of real need whilst the other enjoys a sufficiency or more.

It is not possible to oust the jurisdiction of the English Court, which retains its discretion to uphold or reject a nuptial agreement. However, if these safeguards are met, then the couple should expect to be held to the terms of their agreement.

Can both English prenuptial agreements and French marital contracts deal with spousal maintenance?

No, a French marital contract cannot deal with spousal maintenance but, in limited circumstances, it can include clauses to choose the law applicable to those maintenance obligations.

However, an English prenuptial agreement can deal with spousal maintenance obligations provided that they are fair at the time of divorce and meet the needs of the spouse in question.

Will France recognise and uphold an English Nuptial agreement?

In France, a Judge  in the context of divorce or a solicitor in the context of succession will apply the terms set out in a French marital contract.

However, the situation is more complicated when dealing with an international agreement.

The difficulty that the French Courts have with English nuptial agreements is that they usually deal not only with the division of assets but also with spousal maintenance obligations, the latter of which is not permitted in French marital contracts. In the past, French courts have taken English nuptial agreement into account provided those agreements deal very clearly with the assets of the spouses rather than with any obligations which could be categorised as “maintenance”. The interpretation of English nuptial agreements by French Judges will very much depend on the drafting of the relevant clauses within them, which is why legal advice must be sought from the outset when choosing to enter into such an agreement.

Will England recognise and uphold a French Nuptial Agreement?

No, not automatically. As previously stated, it is not possible to oust the jurisdiction of the Court.

In the past, English courts have been cautious about foreign marital contracts in general and not just those which are French. The reason is that these agreements tend to be much less formal than English prenuptial agreements. Most couples enter into them in the days preceding the wedding, without taking independent legal advice and often without seeing any disclosure.  

However, the recent case of Versteegh v Versteegh [2018] has made it easier for foreign marital contracts to be upheld in England as the Court recognises that these informalities are commonplace. In other words, if the procedural standards which apply to the country in which the agreement is drafted are met the agreement should be upheld i.e. the lack of formality does not automatically mean that either party misunderstood the implications of the agreement . That said, it is still important that those wishing to rely upon a foreign marital agreement show that both parties fully understood the implications of entering into the agreement and that each had all of the information material to their decision. In those circumstances,  the court is likely to give effect to the agreement unless it would lead to unfairness.

Ultimately, each case will very much depend upon its own particular facts and so there can never be any guarantees that a simple French marital contract will be enforced in England as it would in France in the context of a divorce.

What steps should Anglo-French couples take?

Anglo-French couples should give careful thought as to where they will want to live after their marriage and where their assets are located. They should then take specialist advice in each of the jurisdictions which may be relevant to them. Depending on the requirements and intentions of the parties, it may be that they need to have a document drafted by a specialist in each jurisdiction which reflects the terms of their agreement. This is known as a mirror agreement. It can be tricky to achieve parity in a mirror agreement given the different requirements and rules that apply to each country and the different manner in which each country deals with financial claims on divorce. Once again, this is why it is imperative to seek specialist advice at an early stage as some of these issues can be dealt with by drafting specific clauses. This is all the more important since Brexit. However, the full implications of Brexit remain unclear as there may be changes to the law which affect certain clauses within a nuptial agreement. Time will tell.

For more information on this, please do not hesitate to contact Emilie Helm, a Senior Associate in the Family department at Payne Hicks Beach who is a dual French and English national and can provide advice in both languages by email or telephone on 020 7465 4300.

Un accord est un accord... ou pas ? - Les principales différences entre les accords nuptiaux anglais et les contrats de mariage français

Emilie Helm, qui possède la double nationalité française et anglaise et qui est associée senior au sein du département "Famille" du cabinet Payne Hicks Beach, apporte des éclaircissements sur les différences entre les accords nuptiaux anglais et les contrats de mariage français et sur ce que les couples anglo-français doivent faire pour protéger leurs biens au moment du mariage.

En Angleterre, de nombreux couples choisissent désormais de conclure un accord prénuptial et le considèrent comme un élément essentiel de la préparation à leur mariage. Bien que ces accords ne soient pas encore juridiquement contraignants dans cette juridiction, les couples doivent s'attendre à être liés par eux, à condition qu'ils aient respecté les critères énoncés ci-dessous.

En France (et en Europe continentale), qui est un pays de droit civil et non de common law comme l'Angleterre, la situation est différente. L'acte même du mariage crée un régime de biens. Les couples doivent choisir un régime matrimonial de biens pour régir leurs biens. S'ils ne le font pas, un régime par défaut leur sera imposé.

Compte tenu des différences d'approche en matière de partage des biens en cas de divorce entre l'Angleterre et la France, il est essentiel que les couples anglo-français, ou ceux qui ont des liens avec l'un ou l'autre pays, réfléchissent attentivement aux mesures qu'ils pourraient devoir prendre s'ils souhaitent se marier dans un pays mais vivre ensuite dans un autre, car, dans cette juridiction, un contrat de mariage français ne serait pas exécutoire de la même manière qu'en cas de divorce en France.

Dans cet article, j'expose donc les principales différences entre un accord nuptial anglais (qu'il soit prénuptial ou postnuptial) et un contrat de mariage français, ainsi que certaines des questions importantes que les couples anglo-français devraient se poser avant de les conclure.

Qu'est-ce qu'un contrat de mariage français et comment fonctionne-t-il ?

En France, tout couple qui souhaite se marier doit choisir un régime matrimonial de biens pour régir ses biens. Si un couple ne le fait pas, il se verra imposer un régime par défaut.

Ces régimes de biens fournissent une structure pour l'organisation et la division des biens d'un couple. Ils déterminent comment les biens doivent être traités lors d'un divorce, ainsi que dans des circonstances d'insolvabilité ou de décès. Les régimes les plus courants peuvent être résumés comme suit :

  • Séparation de biens - dans ce régime, les actifs et les passifs acquis antérieurement sont considérés comme des biens séparés. Les biens acquis pendant le mariage sont également considérés comme distincts, sauf si les conjoints achètent le bien ensemble. Dans ces circonstances, la propriété est proportionnée en fonction de leurs apports respectifs.
  • Communauté de biens - dans ce régime, les biens et les dettes acquis avant et pendant le mariage sont considérés comme communs.
  • Communauté de biens réduite aux acquêts - dans ce régime, les biens et les dettes acquis avant le mariage sont considérés comme séparés, mais les biens et les dettes acquis pendant le mariage sont considérés comme communs, sauf si les parties en décident autrement.
  • Participation aux acquêts - il s'agit d'un régime intéressant qui se situe entre la séparation de biens et la communauté de biens. Essentiellement, les dettes et les biens du couple restent des biens séparés au moment du divorce, mais ils partagent conjointement toute augmentation de valeur de ces actifs qui s'est accumulée pendant le mariage.

Quelles sont les différences entre les conditions requises pour conclure un contrat de mariage français et un accord nuptial anglais ?

Les contrats de mariage français sont généralement préparés et signés devant un notaire qui agit pour les deux parties. Ils sont souvent signés dans les jours qui précèdent le mariage. Le processus fait partie intégrante de la préparation au mariage et a tendance à être très informel.

En Angleterre, où de tels contrats ne sont pas légalement exécutoires, la Cour suprême a formulé un test en trois parties dans l'affaire historique de Radmacher et Granatino, comme suit :

"La Cour doit donner effet à un accord nuptial librement conclu par chaque partie avec une pleine appréciation de ses implications, à moins que, dans les circonstances qui prévalent, il ne soit pas équitable d’obliger les parties à respecter leur accord."

En pratique, cela signifie que tout couple concluant un accord prénuptial doit respecter les directives suivantes :

  1. S’assurer qu'il n'y a pas de contrainte, de pression déraisonnable ou de déséquilibre important dans le pouvoir de négociation ;
  2. S'assurer que chaque partie dispose de toutes les informations importantes pour sa décision de signer l'accord. La présence d'une divulgation et d'un conseil juridique indépendant tend à prouver que cet objectif a été atteint, mais ce n'est pas nécessaire ;
  3. S’assurer que l'accord est équitable.  Le concept d'équité comporte de nombreux aspects différents mais, en résumé, l'accord ne doit pas laisser l'une des parties dans une situation de besoin réel alors que l'autre jouit d'un niveau suffisant ou plus.

Il n'est pas possible d'évincer la juridiction de la Cour anglaise, qui conserve son pouvoir discrétionnaire de confirmer ou de rejeter un accord nuptial. Toutefois, si ces garanties sont respectées, le couple doit s'attendre à être tenu de respecter les termes de son accord.

Les accords prénuptiaux anglais et les contrats de mariage français peuvent-ils tous deux traiter de la pension alimentaire pour époux ?

Non, un contrat de mariage français ne peut pas traiter de la pension alimentaire pour époux mais, dans des circonstances limitées, il peut inclure des clauses permettant de choisir la loi applicable à ces obligations de pension alimentaire.

Toutefois, un accord prénuptial anglais peut traiter des obligations alimentaires pour époux, à condition qu'elles soient équitables au moment du divorce et qu'elles répondent aux besoins de l'époux en question.

La France reconnaîtra-t-elle et maintiendra-t-elle un accord nuptial anglais ?

En France, un juge dans le cadre d'un divorce ou un notaire dans le cadre d'une succession appliquera les termes énoncés dans un contrat de mariage français.

Toutefois, la situation est plus compliquée lorsqu'il s'agit d'un accord international.

La difficulté que les tribunaux français rencontrent avec les accords nuptiaux anglais est qu'ils traitent généralement non seulement de la division des biens mais aussi des obligations de la pension alimentaire pour époux, ce dernier point n'étant pas autorisé dans les contrats matrimoniaux français. Dans le passé, les tribunaux français ont pris en compte les accords nuptiaux anglais à condition que ces contrats traitent très clairement des biens des conjoints plutôt que de toute obligation pouvant être qualifiée de "pension alimentaire". L'interprétation des accords nuptiaux anglais par les juges français dépendra en grande partie de la rédaction des clauses pertinentes de ces accords, c'est pourquoi il est nécessaire de demander un avis juridique dès le départ lorsque l'on choisit de conclure un tel accord.

L'Angleterre reconnaîtra-t-elle et maintiendra-t-elle un accord nuptial français ?

Non, pas automatiquement. Comme indiqué précédemment, il n'est pas possible d'évincer la juridiction de la Cour.

Dans le passé, les tribunaux anglais se sont montrés prudents à l'égard des contrats matrimoniaux étrangers en général et pas seulement de ceux qui sont français. La raison en est que ces accords ont tendance à être beaucoup moins formels que les accords prénuptiaux anglais. La plupart des couples les concluent dans les jours qui précèdent le mariage, sans prendre de conseils juridiques indépendants et souvent sans voir de divulgation. 

Cependant, l'affaire récente Versteegh v Versteegh [2018] a facilité la confirmation des contrats matrimoniaux étrangers en Angleterre, car la Cour reconnaît que ces informalités sont courantes. En d'autres termes, si les normes procédurales qui s'appliquent au pays dans lequel l'accord est rédigé sont respectées, l'accord devrait être confirmé, c'est-à-dire que l'absence de formalité ne signifie pas automatiquement que l'une ou l'autre des parties a mal compris les implications de l'accord . Cela dit, il est toujours important que les personnes souhaitant s'appuyer sur un accord matrimonial étranger démontrent que les deux parties ont pleinement compris les implications de la conclusion de l'accord et que chacune d'entre elles disposait de toutes les informations nécessaires à sa décision. Dans ces circonstances, le tribunal est susceptible de donner effet à l'accord, à moins que cela n'entraîne une injustice.

En fin de compte, chaque cas dépendra des faits qui lui sont propres et il n'y a donc aucune garantie qu'un simple contrat matrimonial français sera appliqué en Angleterre comme il le serait en France dans le cadre d'un divorce.

Quelles démarches les couples anglo-français doivent-ils entreprendre ?

Les couples anglo-français doivent bien réfléchir à l'endroit où ils voudront vivre après leur mariage et où se trouvent leurs biens. Ils devraient ensuite prendre des conseils spécialisés dans chacune des juridictions qui pourraient les concerner. En fonction des exigences et des intentions des parties, il se peut qu'elles aient besoin de faire rédiger par un spécialiste de chaque juridiction un document qui reflète les termes de leur accord. C'est ce qu'on appelle un accord miroir. Il peut être difficile d'obtenir la parité dans un accord miroir étant donné les différentes exigences et règles qui s'appliquent à chaque pays et la manière différente dont chaque pays traite les demandes financières lors d'un divorce. Une fois de plus, c'est pourquoi il est impératif de demander l'avis d'un spécialiste à un stade précoce, car certaines de ces questions peuvent être traitées par la rédaction de clauses spécifiques. Ceci est d'autant plus important depuis le Brexit. Cependant, toutes les implications du Brexit restent floues, car il pourrait y avoir des changements dans la loi qui affectent certaines clauses d'un accord nuptial. L'avenir nous le dira.

Pour plus d'informations à ce sujet, n'hésitez pas à contacter Emilie Helm, associée senior du département Famille de Payne Hicks Beach, qui possède la double nationalité française et anglaise et peut vous conseiller dans les deux langues, par courriel ou par téléphone au 020 7465 4300.

 

10 New Square, Lincoln's Inn, London WC2A 3QG

DX 40 London/Chancery Lane
Tel: 020 7465 4300 Fax: 020 7465 4400 www.phb.co.uk

This publication is not intended to provide a comprehensive statement of the law and does not constitute legal advice and should not be considered as such. It is intended to highlight some issues current at the date of its preparation. Specific advice should always be taken in order to take account of individual circumstances and no person reading this article is regarded as a client of this firm in respect of any of its contents.

The firm is authorised and regulated by the Solicitors Regulation Authority: SRA Number 807106

© 2021 Payne Hicks Beach LLP

 

Back to Legal Updates Listing