Payne Hicks Beach

Payne Hicks Beach

07 May 2020

Emergency measures and the Coronavirus pandemic

“Stay at Home, protect our NHS and save lives” has been the message in England since 23 March 2020 as a result of the COVID 19 pandemic which has gripped the world. The assumption is that home is the safest place to be, which will be the case for many people. However, for victims of domestic abuse, the opposite is true. Their lives are now more at risk than ever.

The current crisis has created instability and uncertainty regarding the future of the economy as well as the society in which we live. Many people are losing their jobs and income, some may be working with the added responsibility of caring for children or parents full time and others may be dealing with bereavement or the fear of losing loved ones or catching the virus itself. The lockdown has not only reinforced the isolation felt by many people who are already victims of domestic abuse but aggravated what was most probably a potentially dangerous situation.

According to the National Domestic Abuse Helpline, there has been a 25% increase in calls since the lockdown was initiated. This week, the Financial Times writes that the charity Refuge has reported a 49% increase in calls to about a 400 a day. 

However, this crisis is not just affecting the UK. The UN Secretary-General Antonio Guterres is calling for measures to address a “horrifying global surge in domestic violence” aimed at women and girls linked to lockdowns imposed by governments responding to the COVID-19 pandemic.

The Home Office has launched a support campaign called 'You Are Not Alone' to help those experiencing domestic abuse during the coronavirus lockdown, and domestic abuse services are set to receive an extra £2m in funding. More recently, it was announced that domestic abuse charities will share in a £76 million Government handout to help provide safe spaces and helplines for victims. It is yet to be seen whether these measures will make a meaningful difference.

So what remedies are available to victims?

First and foremost, victims should not hesitate to call 999 if they consider themselves or their children to be at risk of significant harm.

Secondly, they should consider contacting national and local charities such as Refuge and Women’s aid who have helplines available 24/7 and lots of useful information on their websites. The BBC has also created a comprehensive list of the helplines on its website, which can be found here.

Thirdly, there are legal remedies available as the Courts are still prioritising domestic abuse injunctions, i.e. non-molestation and occupation orders. It is therefore still possible to issue and have an urgent hearing and comply with the lock down / social distancing rules. Here is an overview of the legal remedies available.

Non-Molestation Orders

Molestation covers a wide range of behaviours from controlling, coercive or threatening behaviour, violence or abuse, all of which can be psychological, physical, sexual, financial or emotional, to more subtle incidents or patterns of behaviour which aim to isolate, humiliate, intimidate, frighten or punish someone.

A non-molestation order applies to most types of relationships with the aim being to stop the assailant from pestering, attacking, threatening, intimidating or harassing the victim and children.

When considering such an application, the Court’s focus is on the effect of the behaviour in question and whether judicial intervention is required to control the assailant’s behaviour. The aim of the court will be to secure the health, safety and wellbeing of the applicant and any children.

Evidence should therefore focus on the behaviour of the assailant with an emphasis on the most recent act or series of acts which has brought about the application, as well as the effect the behaviour is having on the victim.

One of the trickier issues which practitioners will have to deliberate during lockdown is whether the application should be issued with or without notice to the assailant. In usual circumstances, clients are often afraid of how their partners will react when they find out about the application. Therefore the appropriateness of notice, even if the Court has abridged service, will vary and depend on the facts of the case. If the molestation is occurring between cohabitees, it may not be practicable to have an application without notice. However, in situations where the victim is at risk of significant harm, notice of the application may put them in more danger.

A non-molestation order is a valuable remedy for victims as a breach of the order amounts to a criminal offence and the police have the power to arrest.

Occupation Orders

Occupation orders regulate who can live in a property or even in which areas of the house they can be if there is sufficient space. They often go hand in hand with non-molestation orders when victims live with their assailant.

The main consideration that the court will have is whether the applicant and children are likely to suffer significant harm as a result of the assailant’s conduct if an order is not made. This will then be balanced against the harm that may be caused to the assailant if the order is made. The evidence in this application must cover practical points such as alternative places where the assailant could live, their financial resources, needs and so forth. In usual circumstances, the assailant is more likely to have alternatives available to them such as hotel, family or friends with whom they can stay. It is therefore likely that any applications for occupation orders, which are draconian at the best of times, will require compelling evidence and a degree of proportionality to persuade a Judge of the appropriateness of the Order. It will also be unadvisable to apply without notice save in extreme cases.  

A power of arrest can also be attached to an occupation order.

In conclusion, nobody should ever suffer in silence. Domestic abuse needs stopping before it gets worse. Victims need to know that there is a range of protective measures available to help them.

The information set out above in the article by Emilie Helm, Senior Associate in the Family department at Payne Hicks Beach is only intended as an overview of the options available to those who need help. For more detailed information, please contact Emilie by email or your usual contact in the Family Department or, alternatively, telephone on 020 7465 4300

 

Les mesures d'urgence et la pandémie de coronavirus

"Restez à la maison, protégez notre NHS et sauvez des vies", tel est le message diffusé en Angleterre depuis le 23 mars 2020 suite à la pandémie de COVID 19 qui a frappé le monde. L'hypothèse est que le domicile est l'endroit le plus sûr, ce qui sera le cas pour de nombreuses personnes. Cependant, pour les victimes de violences domestiques, c'est le contraire qui est vrai. Leur vie est plus que jamais en danger.

La crise actuelle a créé une instabilité et une incertitude quant à l'avenir de l'économie ainsi que de la société dans laquelle nous vivons. De nombreuses personnes perdent leur emploi et leurs revenus, certaines travaillent avec la responsabilité supplémentaire de s'occuper d'enfants ou de parents à plein temps et d'autres font face au deuil ou à la peur de perdre des êtres chers ou d'attraper le virus lui-même. Le confinement n'a pas seulement renforcé l'isolement ressenti par de nombreuses personnes déjà victimes d'abus domestiques, mais a également aggravé une situation qui était très probablement potentiellement dangereuse.

Selon le National Domestic Abuse Helpline, il y a eu une augmentation de 25 % des appels depuis le début du confinement. Cette semaine, le Financial Times écrit que l'organisation caritative Refuge a signalé une augmentation de 49 % des appels, soit environ 400 par jour.

Cependant, cette crise ne touche pas seulement le Royaume-Uni. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, demande que des mesures soient prises pour faire face à une "horrible flambée mondiale de violence domestique" à l'encontre des femmes et des filles, liée aux mesures de confinement imposées par les gouvernements en réponse à la pandémie de COVID-19.

Le ministère de l'intérieur a lancé une campagne de soutien intitulée "You Are Not Alone" (Vous n'êtes pas seul) afin d'aider les personnes victimes de violences domestiques pendant la période de confinement due au coronavirus, et les services de lutte contre les violences domestiques devraient recevoir un financement supplémentaire de 2 millions de livres. Plus récemment, il a été annoncé que les organisations caritatives de lutte contre les violences domestiques recevraient une partie des 76 millions de livres du gouvernement pour aider à fournir des espaces sûrs et des lignes d'assistance aux victimes. Il reste à voir si ces mesures feront une différence significative.

Quels sont donc les recours dont disposent les victimes ?

Avant tout, les victimes ne doivent pas hésiter à appeler le 999 si elles considèrent qu'elles-mêmes ou leurs enfants risquent de subir un préjudice important.

Deuxièmement, elles devraient envisager de contacter des organisations caritatives nationales et locales telles que Refuge et Women's aid, qui ont des lignes d'assistance disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ainsi que de nombreuses informations utiles sur leurs sites Web. La BBC a également créé une liste complète des lignes d'assistance sur son site Web, que vous pouvez consulter ici.

Troisièmement, il existe des recours juridiques, car les tribunaux donnent toujours la priorité aux injonctions pour violence domestique, c'est-à-dire aux ordonnances de non-molestation et d'occupation. Il est donc toujours possible de délivrer et d'obtenir une audience d'urgence et de se conformer aux règles de confinement et de distanciation sociale. Voici un aperçu des recours juridiques disponibles.

Ordonnances de non-molestation

La molestation couvre un large éventail de comportements allant du contrôle, de la coercition ou de la menace, de la violence ou des abus, qui peuvent être psychologiques, physiques, sexuels, financiers ou émotionnels, à des incidents plus subtils ou à des modèles de comportement visant à isoler, humilier, intimider, effrayer ou punir quelqu'un.

Une ordonnance de non-molestation s'applique à la plupart des types de relations, l'objectif étant d'empêcher l'agresseur de harceler, d'attaquer, de menacer ou d'intimider la victime et ses enfants.

Lorsqu'elle examine une telle demande, la Cour se concentre sur l'effet du comportement en question et sur la nécessité d'une intervention judiciaire pour contrôler le comportement de l'agresseur. L'objectif du tribunal est de garantir la santé, la sécurité et le bien-être du demandeur et de ses enfants.

Les preuves doivent donc se concentrer sur le comportement de l'agresseur, en mettant l'accent sur l'acte ou la série d'actes les plus récents qui ont entraîné la demande, ainsi que sur l'effet de ce comportement sur la victime.

L'une des questions les plus délicates sur lesquelles les praticiens devront délibérer pendant le confinement est de savoir si la demande doit être émise avec ou sans préavis à l'agresseur. Dans les circonstances habituelles, les clients ont souvent peur de la réaction de leurs partenaires lorsqu'ils découvrent la demande. Par conséquent, le bien-fondé d'un avis, même si le tribunal a abrégé la signification, variera et dépendra des faits de l'affaire. Si l'agression a lieu entre concubins, il peut être impossible de présenter une demande sans préavis. Toutefois, dans les situations où la victime risque de subir un préjudice important, la notification de la demande peut la mettre davantage en danger.

Une ordonnance de non-molestation est un recours précieux pour les victimes, car une violation de l'ordonnance équivaut à une infraction pénale et la police a le pouvoir de procéder à une arrestation.

Ordonnances d'occupation

Les ordonnances d'occupation réglementent qui peut vivre dans une propriété ou même dans quelles parties de la maison ils peuvent se trouver s'il y a suffisamment d'espace. Elles vont souvent de pair avec les ordonnances de non-molestation lorsque les victimes vivent avec leur agresseur.

La principale considération du tribunal est de savoir si le demandeur et les enfants risquent de subir un préjudice important en raison de la conduite de l'agresseur si une ordonnance n'est pas rendue. Cette question sera ensuite mise en balance avec le préjudice qui pourrait être causé à l'agresseur si l'ordonnance était rendue. La preuve dans cette demande doit couvrir des points pratiques tels que les autres endroits où l'agresseur pourrait vivre, ses ressources financières, ses besoins, etc. Dans des circonstances normales, il est plus probable que l'agresseur dispose d'alternatives telles qu'un hôtel, de la famille ou des amis chez qui il peut rester. Il est donc probable que toute demande d'ordonnance d'occupation, qui est draconienne dans le meilleur des cas, nécessitera des preuves convaincantes et un certain degré de proportionnalité pour persuader un juge de la pertinence de l'ordonnance. Il sera également déconseillé de faire une demande sans préavis, sauf dans des cas extrêmes.

Un pouvoir d'arrestation peut également être joint à une ordonnance d'occupation.

En conclusion, personne ne devrait jamais souffrir en silence. Il faut mettre fin aux violences domestiques avant qu'elles ne s'aggravent. Les victimes doivent savoir qu'il existe toute une série de mesures de protection pour les aider.

Les informations présentées ci-dessus dans l'article d'Emilie Helm, associée senior du département Famille de Payne Hicks Beach, sont uniquement destinées à donner un aperçu des options disponibles pour ceux qui ont besoin d'aide. Pour des informations plus détaillées, veuillez contacter Emilie par e-mail ou votre contact habituel au sein du département Famille, ou encore par téléphone au 020 7465 4300.

10 New Square, Lincoln's Inn, London WC2A 3QG

DX 40 London/Chancery Lane
Tel: 020 7465 4300 Fax: 020 7465 4400 www.phb.co.uk

This publication is not intended to provide a comprehensive statement of the law and does not constitute legal advice and should not be considered as such. It is intended to highlight some issues current at the date of its preparation. Specific advice should always be taken in order to take account of individual circumstances and no person reading this article is regarded as a client of this firm in respect of any of its contents.

The firm is authorised and regulated by the Solicitors Regulation Authority: SRA Number 807106

© 2021 Payne Hicks Beach LLP

 

Back to Legal Updates Listing